CAZECO - Les Actus

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

vendredi 2 août 2013

ARCHIBIONIC - Myriam Soussan et Laurent Moulin Architectes

Nos deux architectes préférés viennent de lancer leur site web dédié principalement aux projets autonomes, réalisés ou malheureusement restés à l'état d'idées.

archibionic.jpg

Une première partie détaille la démarche adoptée par Myriam et Laurent. Partant du constat écologique actuel, rappelant l'importance des cycles courts qui régissent la Nature, ils expliquent pourquoi, et vers quoi, doit tendre l'autonomie urbaine, et ce sous l'angle de la bionique, l'art de s'inspirer des ingéniosités développées par la Nature sur des millions d'années.

La partie maîtresse du site présente donc les projets liés à l'autonomie :

  • urbaine, au travers de l'habitat individuel dont nous avons déjà parlé sur ce site, et d'un futur projet d'habitat collectif ;
  • rurale : hôtel, module et habitat nomade.


Évidemment, ce qui légitime notre obstination à parler de Myriam et Laurent, c'est leur maîtrise de l'approche complexe permettant de réaliser des bâtiments réalistes... et qui fonctionnent !! Que penser alors de ceux qui s'acharnent ("s'évertuent" ne serait pas le bon mot...) à décrier ces projets, à dire que ça ne marche pas ? Jalousie, aveuglement, peur de sortir du paradigme architectural périmé dispensé par les écoles d'archi (et bien aidées en cela par les lobbys du bâtiment) ces dernières décennies, peur de ne plus toucher sa comm' sur des matériaux et équipements énergivores ?? Nous ne pouvons que les inviter à venir visiter, vivre ces projets afin que la critique soit objective et constructive. Nous rajouterons que même si les projets actuels d'architecture écologique ne sont pas encore parfaits (la "perféctitude" existe-t-elle ?), ceux-ci ont au moins le mérite de respecter les ressources naturelles, le confort des habitants, et de tracer la voie vers laquelle doit évoluer l'architecture contemporaine.
Mais, le meilleur dans tout cela, c'est qu'ils ont su transcender les prémisses de l'archi écologique des années 70 pour finalement proposer une archi écologique belle, fonctionnelle et agréable à vivre, grâce à leur style facilement identifiable.

Style architectural que l'on voit évoluer au travers de leurs autres projets où déjà la recherche d'autonomie pointe sérieusement son nez (CDI du lycée Descartes), où le choix de matériaux naturels est mis en avant (terre crue sur la villa AZZ)...

Les chapitres "Concours" et "Publications" confortent la cohérence de leur travail au cours des années.

Et histoire de palper leur implication écologique, leur plaisir à bousculer les idées reçues et préconçues, faites un tour sur la page "Design". Le prototype de VTT va par exemple largement à l'encontre du modèle en vigueur de nos jours.

Bref, un site à parcourir tranquillement si vous voulez vous changer les idées (en profondeur), que vous soyez maître d'ouvrage, architecte, étudiant, en un mot : un citoyen de ce monde.

Site web : www.archibionic.com

jeudi 13 juin 2013

Rénovation autonome, Médina de Rabat - revue de presse

On en parle aussi dans illi, le magazine de la "marocaine libre moderne".

J'en fais mention ici, non pour le contenu (évidemment plus détaillé sur ce blog), mais pour les illustrations : les photos sont de moi.

L'article se trouve dans la rubrique Société/Green et s'appelle MAISON AUTONOME ET ECOLOGIQUE

Lien : www.illionweb.com

lundi 27 mai 2013

Rénovation autonome, Médina de Rabat

IMG_6945.JPGJeudi 23 mai 2013 a eu lieu à Rabat l'inauguration du premier habitat autonome de Rabat, totalement "off the grid".

IMG_6961.JPG IMG_6965.JPG IMG_6954.JPG IMG_6966.JPG

Cette rénovation, fruit du travail de Myriam Soussan et Laurent Moulin (dont nous vous avions parlé précédemment), a donné naissance à un logement pilote associant autonomie, architecture contemporaine et modularité des espaces.

L'autonomie porte sur plusieurs thématiques incontournables :

1/ EAU

  • Source : les eaux de pluie seront, théoriquement, la seule source. Collectées via la terrasse, elles sont stockées dans la citerne traditionnelle existante, d'un volume de 60 m3 qui correspond précisément à la quantité de pluie arrosant la maison annuellement. Le puits, lui aussi préservé pourra assurer une alimentation d'appoint si besoin
  • Traitement amont : une série de filtres permet d'obtenir une eau de qualité baignade qui alimente cuisine et salles de bain. Une micro-filtration additionnelle assure une eau potable alimentant un robinet dédié à l'eau de boisson.
  • Consommation optimisée : le choix de robinetteries économes et la présence de toilettes sèches à déshydratation (Biolet) permet d'atteindre une consommation de 40 litres/personne.jour !! Ce qui devrait assurer une autonomie de 2 ans une fois la cuve pleine.
  • Traitement aval : qui dit toilettes sèches, dit absence d'eaux noires (eaux vannes) qui représentent, rappelons-le, la charge habituellement la plus lourde à traiter (phosphates, nitrates, agents pathogènes...) Donc seules subsistent les eaux grises (cuisine, salles de bain) ; celles-ci sont traitées par phytoépuration.IMG_6946.JPG Le filtre se composant d'un filtre à graisse, d'un bac avec bulleurs (oxygénation), d'un filtre planté de roseaux, papyrus et d'un bac de stockage. Ces eaux traitées alimentent par la suite les légumes des jardins de la terrasse.

IMG_1695.JPG IMG_1689.JPG IMG_1696.JPG


2/ ÉNERGIE

L'autonomie énergétique découle d'une démarche réfléchie associant successivement optimisation énergétique du bâti et production locale de l'énergie.

Efficacité énergétique :

L'architecture bioclimatique mise en œuvre permet de réduire drastiquement les besoins de l'habitat. Coté enveloppe, s'agissant d'un riad de la médina (mitoyenneté, meso-climat...) seule la toiture-terrasse a été améliorée par une isolation en panneaux de liège expansé de 4 cm. Coté ouvertures, chaque fenêtre s'est vue dotée d'un double vitrage et de volets. Quant aux deux patios, habituellement ouverts et très déperditifs, ceux-ci sont fermés de grandes baies amovibles avec, là aussi, du double vitrage qui fait toute la différence. En effet, ces deux baies chauffent quasiment tous les volumes à la saison froide, tout en préservant les précieuses calories. Seul un appoint mobile (gaz) est utilisé lors des jours de grand froid. A la saison chaude, l'usage de stores combiné à l'ouverture nocturne des baies, qui crée une ventilation efficace, permet de se passer de climatisation artificielle.
IMG_1686.JPG IMG_1637.JPG IMG_2861.JPG

Coté éclairage, l'éclairage naturel a été soigné aux petits oignons, en résulte un riad "anormalement" lumineux. En complément, l'éclairage artificiel basse consommation règne dans toutes les pièces (fluocopmactes, LED).

Coté eau chaude sanitaire : chauffe-eau solaire 150 litres.
IMG_6936.JPG

Coté électroménager : réfrigérateur classe A et machine à laver alimentée par le CES. Par contre, plaques à induction et four électrique (le four solaire intégré au niveau de la cuisine est à l'étude). Reste que ces appareils énergivores ne sont pas incompatibles avec l'autonomie électrique visée...

Production locale :

Outre les calories produites grâce aux baies, l'électricité est produite par des panneaux photovoltaïques (8m²), qui servent au passage de masques solaires pour la zone "posage". L'électricité est stockée en batteries, la connexion au réseau n'étant pas encore à l'ordre du jour au Maroc. Malgré les plaques à induction et les appareils annexes quelques peu gourmands (fer à repasser, four...) l'autonomie est totale, même en hiver !! L'optimisation saisonnière est simplement effectuée en modifiant manuellement l'angle des panneaux (l'azimut est lui fixe), en allant chercher le soleil.
IMG_6939.JPG IMG_6951.JPG

3/ MATIÈRES ORGANIQUES & DÉCHETS


En amont, nos deux habitants luttent contre les suremballages et micas qui nous envahissent au quotidien. Retour au bon vieux cabas à roulette et aux petites boites pour aller faire les courses.

En aval, tout ce qui peut l'être est composté sur la terrasse, mélangé au pré-compost issu des toilettes sèches. Et à constater la taille du tas de compost au bout de plus d'un an d'occupation, on sent la maîtrise des maîtres de maison quant à la gestion de ce précieux cycle naturel. Compost qui finira par alimenter les plantes de la terrasse et du patio.
IMG_6935.JPG


Ce projet est ouvert aux visites en contactant Myriam ou Laurent :
mail : loloandmimi"at"gmail.com
tél Mimi : +212 661 222 085
tél Lolo : +212 671 044 375

Espérons maintenant que cet habitat pilote fera tache d'huile et incitera les particuliers, pouvoirs publics, architectes... à prendre exemple et à multiplier de telles initiatives, que ce soit à l'échelle d'habitats individuels, collectifs, de quartiers, de villes.

jeudi 15 mars 2012

Bâtiment bioclimatique au Lycée Descartes

Le nouveau CDI du Lycée Descartes à Rabat, ouvert aux élèves depuis cette rentrée, est l'un des rares bâtiments bioclimatiques contemporain du Maroc (si l'on fait fi de toutes les constructions traditionnelles, évidemment !)
Pourquoi parler de bioclimatisme sur cette réalisation ? Pour faire simple, et passer sur les détails techniques que nous exposerons plus bas, le bâti est conçu de façon à ce que le confort thermique (et hygrométrique) soit garanti tout au long de sa vie en œuvre (occupation, usage) sans aucun chauffage ou rafraichissement d'appoint !! Et donc sans aucune consommation énergétique autre que l'énergie gratuite du Soleil...

Nous devons ce projet (pilote ?) aux architectes Myriam Soussan et Laurent Moulin, dont les projets ont toujours pour objectif de viser l'autonomie (et non l'autarcie) énergétique. Cazeco a collaboré à ce projet, dans l'ombre, principalement sur les aspects liés au bioclimatisme.

Pour ce faire :

  • le bâtiment est semi-enterré par des butes artificielles végétalisées afin de bénéficier au maximum de l'inertie apportée par le sol ;
  • toutes les parois verticales sont isolées par des panneaux de liège expansé de 4 cm. En extérieur du voile béton pour les parois enterrées, entre deux épaisseurs de briques pour les parois en contact avec l'air extérieur ;
  • la toiture est végétalisée de sedums, garantissant confort thermique et effet tampon lorsqu'il pleut ;
  • des murs trombes inclinés à 45°, permettent d'accumuler la chaleur du soleil hivernal et de la restituer dans les volumes internes par rayonnement.
  • trois déflecteurs solaires ont été conçus et installés sur la toiture afin de diriger les rayons du bas soleil d'hiver sur des doubles vitrages zénithaux qui apporteront chaleur et confort par effet de serre ;
  • les ouvertures sur le patio interne sont des doubles vitrages, chacun étant protégé contre les surchauffes estivales par un store amovible ;
  • un grand auvent abrite la partie la plus exposée du bâti au soleil d'été.

Les simulations thermiques effectuées en amont laissaient présager quelques journées de surchauffe... en plein cœur des vacances scolaires estivales (lorsque le bâtiment n'est pas utilisé !)

Le premier hiver de vie en œuvre se termine : constat est fait qu'il n'y a pas eu d'inconfort thermique une seule journée, et cela sans aucuns appoints de chauffage.